Mesure de la volatilité électorale en France, 1993-1997

Résumé : L'étude mesure la mobilité électorale entre deux scrutins (élections législatives de 1993/prési-dentielle de 1995 ; présidentielle de 1995/législatives de 1997) à partir de deux enquêtes du CEVIPOF. Elle innove par sa définition extensive de la mobilité, incluant tous les choix pos­sibles, non-vote et vote blanc compris, et par la distinction qu'elle fait, à l'aide d'un modèle log-linéaire, entre les trajets statistiquement significatifs et la mobilité « normale » induite par les différences de taille entre électorats. On en retiendra que le taux de mobilité observé est élevé : un électeur sur deux environ change de vote entre deux élections. Mais celle-ci pour l'essentiel résulte de va-et-vient entre vote et abstention, ou de mouvements internes à chaque camp. La transgression de la frontière gauche-droite, malgré la percée d'un parti comme le Front national, reste marginale. Pour gagner une élection, il s'agit moins d'attirer les électeurs de l'autre bord que de convaincre son propre camp d'aller aux urnes.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [17 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01011332
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mardi 3 juillet 2018 - 16:33:32
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:07
Document(s) archivé(s) le : lundi 1 octobre 2018 - 11:05:56

Fichier

2000-mesure-de-la-volatilite-e...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Marc Swyngedouw, Daniel Boy, Nonna Mayer. Mesure de la volatilité électorale en France, 1993-1997. Revue Francaise de Science Politique, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2000, 50 (3), pp.489 - 514. ⟨hal-01011332v2⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

122

Téléchargements de fichiers

235