Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

La domestication de l’épidémiologie : Les maladies professionnelles liées aux pesticides, de la science à la reconnaissance »

Résumé : Les mutations institutionnelles des deux dernières décennies dans le champ de la santé publique portent la promesse de décisions politiques prenant mieux en considération l’état des savoirs, et, en particulier des données épidémiologiques qui mettent en évidence des facteurs de risque de maladies chroniques. Le secteur de la santé au travail met néanmoins en évidence les limites de la conversion des données épidémiologiques en instruments d’action publique. De nombreux travaux ont montré que les rapports sociaux de domination entre employeurs et salariés empêchent d’aligner la reconnaissance des maladies professionnelles sur les connaissances épidémiologiques disponibles. Dans cet article, nous mettons plutôt en évidence les logiques administratives qui filtrent la prise en compte politique des données épidémiologiques sur les pathologies induites par les toxiques professionnels. Nous nous appuyons pour cela sur une enquête sur la création de deux tableaux de maladies professionnelles reconnaissant – a minima – les maladies induites par les pesticides parmi la main-d’œuvre agricole.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02954617
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : jeudi 1 octobre 2020 - 11:06:01
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53

Identifiants

Collections

Citation

François Dedieu, Jean-Noël Jouzel. La domestication de l’épidémiologie : Les maladies professionnelles liées aux pesticides, de la science à la reconnaissance ». Gouvernement & action publique, 2020, 9 (2), pp.15 - 40. ⟨10.3917/gap.202.0015⟩. ⟨hal-02954617⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

37