Une filière de mobilité ouvrière : l’accès à la petite entreprise artisanale et commerciale - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Revue française de sociologie Year : 1977

Une filière de mobilité ouvrière : l’accès à la petite entreprise artisanale et commerciale

(1)
1

Abstract

Un ouvrier sur cinq désire se mettre un jour « à son compte ». Cet attrait d'une partie de la classe ouvrière pour la petite entreprise n'est pas nouveau. On peut y voir une tradition léguée par le compagnonnage, l'empreinte du radicalisme, défenseur de la petite propriété, ou une réaction à la condition ouvrière elle-même : une étude déjà ancienne d'Andrieux et Lignon montre que la subordination dans le travail pèse plus à l'ouvrier que l'insuffisance de son salaire ou la dureté de sa tâche. Et s'établir petit commerçant ou artisan lui apparaît comme le moyen le plus accessible de conquérir son indépendance et devenir « son propre maître ». L'objet de cet article est moins de rechercher pourquoi tant d'ouvriers veulent se mettre à leur compte que de savoir s'ils y parviennent. [Premier paragraphe]
Fichier principal
Vignette du fichier
1977-mayer-une-filiere-de-mobilite-ouvriere.pdf (995.53 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01719411 , version 1 (28-02-2018)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Nonna Mayer. Une filière de mobilité ouvrière : l’accès à la petite entreprise artisanale et commerciale. Revue française de sociologie, 1977, 18 (1), pp.25-45. ⟨10.2307/3320868⟩. ⟨hal-01719411⟩
49 View
89 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More