'Je leur dis que j’ai deux mamans ?' : carrières de (non-)publicisation de l’homoparentalité à l’école en France - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Enfance Familles Générations Year : 2015

'Je leur dis que j’ai deux mamans ?' : carrières de (non-)publicisation de l’homoparentalité à l’école en France

Abstract

While research has been done on the formation of same-sex families and the development of their children, few studies have explored how such children deal with their family situations while at school. School is a vector of heteronormative notions, which raises many questions about the attitudes that these children adopt : how do they talk about their family situation ? Based on interviews of 13 girls and boys aged 10 to 19 years from variously structured same-sex families in France, I analyze how these children reveal (or conceal) their unconventional family types over time by viewing it as a “career” stratified by the different levels of school. These levels all have very different normative contexts and thus involve specific and distinct ways of perceiving and talking about one’s family. Elementary school (approximately 6 to 11 years old) has few peer group norms, and same-sex families are not stigmatized, which explains why it is common for them to talk about their family situation. In “collège” (11 to 15 years old, akin to North American middle school or junior high), however, peer group norms are stronger and tend to stigmatize same-sex families, causing children of same-sex parents to reveal their situation to only a few select friends and conceal it from others. In “lycée” (15 to 18 years old, equivalent to high school in North America), having same-sex parents can be seen as a stigma, but it is often reversed when actively publicizing one’s family situation.
Si la recherche s’est intéressée à la formation des familles homoparentales et au développement de leurs enfants, très peu de travaux se sont interrogés sur la manière dont ces derniers gèrent leur situation familiale en milieu scolaire. Pourtant, l’école est vectrice d’hétéronormativité, ce qui soulève de nombreuses questions quant aux attitudes que ces enfants y adoptent : comment y font-ils état de leur situation familiale ? À partir d’entretiens menés en France auprès de 13 filles et garçons âgés de 10 à 19 ans et issus de familles homoparentales de configurations diverses, j’analyse la « (non-)publicisation » de l’atypisme familial dans sa dimension temporelle en la considérant comme une « carrière » séquencée par les différents paliers scolaires traversés. Correspondant à des contextes normatifs bien différents, ces paliers impliquent des manières précises et distinctes de percevoir et donc de publiciser sa famille. Ainsi, l’école élémentaire (de 6 à 11 ans environ) est un espace peu normé par les groupes de pairs dans lequel l’homoparentalité n’est pas perçue comme un stigmate, ce qui explique une large publicisation de la situation familiale. Au collège (de 11 à 15 ans) en revanche, les normes des groupes de pairs se renforcent et confèrent un caractère stigmatisant à cette situation, qui est alors publicisée auprès d’un petit nombre de camarades choisis et masquée à d’autres. Au lycée (de 15 à 18 ans) enfin, l’homoparentalité peut rester perçue comme un stigmate, mais celui-ci est souvent renversé dans une publicisation active de la situation familiale.
Fichier principal
Vignette du fichier
2015-olivier-je-leur-dis-que-j-ai-deux-mamans.pdf (542.22 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-01587830 , version 1 (14-09-2017)

Identifiers

Cite

Alice Olivier. 'Je leur dis que j’ai deux mamans ?' : carrières de (non-)publicisation de l’homoparentalité à l’école en France. Enfance Familles Générations, 2015, 23, pp.52 - 70. ⟨hal-01587830⟩
118 View
2659 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More