From state sovereignty to responsibility to protect - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2013

From state sovereignty to responsibility to protect

La souveraineté de l’État à la responsabilité de protéger

Abstract

The research was aimed at understanding by means of which developments in the political and legal thinking the R2P finally reached its present shape. To this end, we analyzed on one side the evolution of the concept of absolute sovereignty and the shift towards an increased involvement of the international community in the internal affairs of the individual states, and, on the other side, the modifications incurred in the concept of intervention for humanitarian purposes and the lessons learned out of the experiences of the 1990s. We have argued that what R2P is, or is not, should be understood in the light of this long development. Having then established what now R2P is about we wanted to measure to which extent R2P was able, in the ten years of its existence, to influence the behavior of the international community, and in particular of the United Nations Security Council. Hence, we selected four cases – Libya, Côte d’Ivoire Sri Lanka and Syria – where R2P was invoked or should have been invoked, with the aim of finding regularities useful for guiding future action. Our research hypothesis was that R2P is influenced by five main independent variables, namely: the dynamic within the Security Council (active involvement of some specific countries/country representatives); reasonable perspective of success/attractive cost-benefit profile; the role of the relevant regional/sub-regional organizations; the activity of the Human Rights Council; and the action of civil society.
Notre étude a pour objet l’analyse des développements politiques et juridiques relatifs au concept de “Responsabilité de protéger“ (R2P). Notre recherche est conduite selon deux parcours parallèles : l’un traite de l’évolution du concept de souveraineté et de l’importance grandissante du rôle qu’assume la communauté internationale dans les affaires internes d’un Etat ; l’autre est consacré à la notion d’intervention à des fins humanitaires et des leçons qui découlent des expériences des années ‘90. Notre point de départ était que ce que la Responsabilité de protéger est ou n’est pas aujourd'hui, doit être compris à la lumière de cette évolution. Ayant délimité notre espace de recherche et identifié quels sont les éléments essentiels de la Responsabilité de protéger, nous avons evalué si, et de quelle manière la Responsabilité de protéger - après dix années d’existence - a été capable d’influencer la conduite de la communauté internationale, et, en particulier, du Conseil de Sécurité des Nations Unies. C’est pourquoi nous avons choisi d’étudier quatre cas – Libye, Côte d’Ivoire et Sri Lanka et Syrie – où la Responsabilité de protéger a été invoquée ou aurait dû l’être, pour déterminer les règles applicables à l’avenir. Nous avons adopté pour hypothèse de recherche que la Responsabilité de protéger est influencée par cinq variables indépendantes, à savoir, , la dynamique des discussions au sein du Conseil de Sécurité, la perspective d’un succès raisonnable fondée sur l’analyse coûts/bénéfices; le rôle des organisations régionales/subrégionales concernées; les activités du Conseil des droits de l´homme et l´action de la société civile.
Fichier principal
Vignette du fichier
2013IEPP0010_Mazzanti_Maria-Rita.pdf (2.49 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03657509 , version 1 (03-05-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03657509 , version 1

Cite

Maria Mazzanti. From state sovereignty to responsibility to protect. Political science. Institut d'études politiques de Paris - Sciences Po, 2013. English. ⟨NNT : 2013IEPP0010⟩. ⟨tel-03657509⟩
57 View
1420 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More