Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Mai 68 : « grand soir » d’un syndicalisme révolutionnaire étudiant ?

Résumé : Le Mai étudiant a peut-être été — jusqu’à présent — le moment et le mouvement le plus abouti vers une orientation syndicaliste révolutionnaire du mouvement étudiant. Cette auto-redéfinition aux côtés du mouvement ouvrier se base sur des fondements sociologiques et idéologiques. Ce positionnement « légitime » se trouve renforcé dans les faits et l’action même des journées de mai-juin : le mouvement étudiant — dans sa pluralité et sa complexité —, tant dans ses revendications universitaires et sociétales que dans ses stratégies et son mode d’organisation, remet au goût du jour un syndicalisme révolutionnaire adapté à son milieu d’intervention. Mais, si Mai 1968 a peut-être été le — ou tout au moins un — « grand soir » de ce syndicalisme étudiant– là, celui-ci a connu également ses «petits matins», parfois ensoleillés, comme cet essai de redéfinition de rapport à la classe ouvrière, plus souvent blêmes, comme cette prédisposition chronique des mouvements étudiants révolutionnaires au mouvementisme et à la division.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03729451
Contributor : Nicolas Coquet Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, July 20, 2022 - 3:45:52 PM
Last modification on : Friday, August 5, 2022 - 1:57:18 PM

Identifiers

Collections

Citation

Jean-Philippe Legois. Mai 68 : « grand soir » d’un syndicalisme révolutionnaire étudiant ?. Matériaux pour l'histoire de notre temps, La contemporaine, 2004, Jeunesses et engagements, d’un mai à l’autre (France, 1936-1968), 74, pp.74-78. ⟨10.3406/mat.2004.984⟩. ⟨hal-03729451⟩

Share

Metrics

Record views

0