Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

L'EUROPE, de réelles avancées mais des choix à assumer

Résumé : Si l’Union européenne a jusqu’à présent bien géré la crise de la Covid-19, des tendances inquiétantes de long terme sont toujours à l’œuvre : 1. On n’observe pas de convergence des balances commerciales. En particulier, la balance commerciale de la France ne montre pas de signe de redressement ; 2. Les niveaux de richesse par habitant ne présentent pas de signe de convergence. En particulier le PIB par habitant italien est de 25 % inférieur à celui de l’Allemagne ; 3. Les niveaux de dette publique sont hétérogènes au sein de la zone euro malgré des charges d’intérêt faibles, de l’ordre de 1 % du PIB après des niveaux supérieurs à 3 % du PIB. À l’inverse, d’autres facteurs témoignent de signes de convergence : 4. Les taux de chômage montrent des signes de décroissance après le point haut de 2012 dû à la mauvaise gestion de la crise de dettes publiques en Europe ; 5. Les coûts unitaires du travail convergent depuis 2015, notamment du fait de la dynamique des salaires allemands, qui rattrape la moyenne de l’Union européenne. Cinq explications – parfois opposées – expliquent ces tendances, chacune d’entre elles motivant des orientations spécifiques de réformes des règles et des institutions européennes. Elles insistent sur 1) les différentiels d’inflation, 2) une demande excessive au Sud, 3) une demande insuffisante au Nord, 4) la politique industrielle ou 5) les imperfections financières. De ces analyses, nous déduisons quatre recommandations : Recommandation n° 1. Des politiques de stimulation de la demande interne des pays en fort excédents commerciaux doivent être mises en place, notamment par le renforcement de l’investissement public et par des politiques budgétaires plus accommodantes au nord de l’Europe. Recommandation n° 2. La politique industrielle de l’UE se doit d’être plus ambitieuse au regard des enjeux économiques. Recommandation n° 3. Il faut assurer une convergence nominale non déflationniste en s’accordant sur des modalités communes de fixation des salaires, notamment les salaires minimums en Europe assurant des hausses nominales dans les pays du Nord. Recommandation n° 4. Une exclusion de l’investissement public des règles européennes est une ambition minimale. L’analyse de la soutenabilité des dettes publiques devrait conduire à des recommandations différenciées par pays et non à l’application de règles uniformes.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03699982
Contributor : Claudine Houdin Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, June 20, 2022 - 4:50:33 PM
Last modification on : Saturday, June 25, 2022 - 3:52:44 AM
Long-term archiving on: : Thursday, September 22, 2022 - 10:41:51 AM

File

7-202201OFCE.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-03699982, version 1

Collections

Citation

Jérôme Creel, François Geerolf, Sandrine Levasseur, Xavier Ragot, Francesco Saraceno. L'EUROPE, de réelles avancées mais des choix à assumer. Revue de l'OFCE, Presses de Sciences Po, 2022, D’un quinquennat à l’autre : une contribution au débat, Hors-série, pp.183-210. ⟨hal-03699982⟩

Share

Metrics

Record views

5

Files downloads

8