Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Journal articles

La croissance à l’épreuve des chocs : Perspectives pour l’économie française 2022

Résumé : En mai dernier, nous avons évalué l’impact des nouveaux chocs sur l’économie française (nouvelle vague épidémique, renforcement des difficultés d’approvisionnement avec la stratégie « Zéro-Covid » de la Chine, forte hausse des prix de l’énergie et guerre en Ukraine, montée de l’incertitude géopolitique et hausse attendue des taux face à la persistance de l’inflation) à - 2,3 points de PIB en 2022 (par rapport à la situation de l’automne 2021) avec des mesures budgétaires pour répondre à la crise énergétique qui permettraient de préserver l’activité à hauteur de 0,8 point de PIB. Avec un acquis de croissance fin 2021 révisé de -0,3 point de PIB compte tenu de la révision des comptes trimestriels du 31 mai, notre prévision de croissance du PIB passe donc à 2,4 % pour l’année 2022 (contre 2,7 % dans la publication du 25 mai 2022 basée sur la première version des comptes trimestriels de l’Insee). La croissance du PIB serait de 0,2 % au deuxième trimestre 2022 puis de 0,3 % les deux trimestres suivants portant la croissance en glissement annuel à 0,7 % en fin d'année. L’inflation augmenterait en moyenne de 4,9 % en 2022 avec une hausse des prix de l’énergie de 22 % en moyenne sur l’année. L’inflation hors énergie augmenterait de 3,3 % en 2022 mais atteindrait 4,1 % en moyenne en glissement annuel au second semestre 2022. Les mesures budgétaires spécifiques pour amortir la hausse des prix de l’énergie permettraient de réduire l’inflation de 2,1 points en 2022 pour un coût budgétaire estimé à 1 point de PIB. Outre la dégradation de la balance commerciale, ce choc inflationniste va conduire à un recul du revenu réel des ménages de 0,4 % en 2022. Le pouvoir d’achat par unité de consommation se contracterait de 0,8 % en 2022 malgré les mesures de revalorisation cet été. En revanche, la revalorisation des prestations de 4 % dès juillet compenserait peu ou prou les pertes de pouvoir d’achat prévues en raison des méthodes d’indexation des prestations sociales perçues par une partie des ménages. Après un recul de 1,5 % au premier trimestre 2022, la consommation des ménages augmenterait de 2,5 % en moyenne en 2022 mais de 0 % en glissement annuel en fin d’année. Le taux d’épargne serait de 16,7 % en 2022, à un niveau supérieur à son niveau d’avant crise en raison notamment des effets liés à l’incertitude. L’emploi salarié dans le secteur marchand augmenterait de 0,9% en 2022 puis 0,2 % en 2023, après 3,1 % en 2021. Bien qu’en net ralentissement à partir du deuxième trimestre 2022, les créations d’emplois seraient suffisantes pour stabiliser le taux de chômage à 7,3 % sur le reste de l’année. Au total, l’État injecterait 260 milliards d’euros (10,5 points de PIB) sur la période 2020-22 pour amortir les effets de la crise sanitaire et ceux de la crise énergétique. Après un déficit public à 8,9 points de PIB en 2020 et 6,5 points en 2021, le solde public s’améliorerait en 2022 pour s’établir à 5,6 points de PIB malgré les nouvelles mesures budgétaires pour faire face à la crise énergétique. Avec une croissance à 2,4 % du PIB et une hausse du prix du PIB à 3 %, la dette publique au sens de Maastricht continuerait de se réduire légèrement pour atteindre 112,1 % du PIB en 2022 (après 112,5 % en 2021 et 114,6 % en 2020).
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03697298
Contributor : Claudine Houdin Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, June 16, 2022 - 4:20:48 PM
Last modification on : Monday, October 10, 2022 - 8:46:11 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03697298, version 1

Collections

Citation

Mathieu Plane, Elliot Aurissergues, Magali Dauvin, Pierre Madec, Hervé Péléraux, et al.. La croissance à l’épreuve des chocs : Perspectives pour l’économie française 2022. OFCE Policy Brief, 2022, 107, pp.1-17. ⟨hal-03697298⟩

Share

Metrics

Record views

9

Files downloads

16