Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Journal articles

Le marché du travail au cours du dernier quinquennat

Résumé : Dans ce Policy brief nous proposons un premier bilan de l’évolution du marché du travail et des principales politiques de l’emploi menées au cours du quinquennat qui s’achève. Sur l’évolution du marché du travail : En s’établissant à 7,4 % de la population active fin 2021, le taux de chômage a retrouvé, près de 15 ans après, son niveau observé avant la « Grande Récession » de 2008. Le taux de chômage des jeunes a baissé jusqu’à son plus bas niveau depuis 2000. Ce constat positif reste lorsque l’on adopte une vision plus élargie intégrant les personnes en sous-emploi et celles composant le halo du chômage. Si cette amélioration sur le front du chômage n’est pas une spécificité française, elle se distingue de celles des autres grands pays développés par sa dynamique plus vertueuse au sens où elle est davantage le résultat de créations d’emplois que d’un découragement des chômeurs basculant dans l’inactivité. Cette bonne performance se retrouve dans un niveau de volume horaire supérieur à ce que pouvait laisser entendre nos outils. Cela traduit une rétention de main-d'œuvre dans les entreprises françaises que l’on évalue à près de 540 000 salariés fin 2021. Plusieurs pistes pouvaient l’expliquer : augmentation des « Entreprises Zombies », effet des mesures prophylactiques ou du télétravail sur la productivité, surembauche pour compenser la hausse du taux d’absence ou en anticipation d’une forte reprise... S’il est encore trop tôt pour évaluer l’incidence de ces différentes pistes, il nous semble en revanche très probable que dans un futur proche, les entreprises tentent de regagner une partie des pertes observées de productivité, rendant alors la croissance à venir moins riche en emplois. La forte progression des pénuries de main-d'œuvre fin 2021 serait essentiellement conjoncturelle : corrigées de la conjoncture, celles-ci seraient proches du niveau attendu et à celles évaluées en 2017. L’analyse d’une courbe de Beveridge confirme l’amélioration de la conjoncture économique sur la période à travers une baisse du taux de chômage mais n’indique pas de hausse notable de l’efficacité du marché du travail. Sur les politiques de l’emploi : Des moyens très importants ont été dédiés aux jeunes (1) grâce à la réforme de l’apprentissage, qui bénéficie surtout à ceux qui suivent des études supérieures, et (2) avec l’accompagnement renforcé des jeunes plus en difficulté. Il faut souligner ces efforts et les moyens engagés d’un niveau jamais connu auparavant. L’orientation des aides vers le secteur marchand est l’autre fait marquant. Permise par une conjoncture favorable dès le début de la législature, cette orientation a été renforcée par l’accent mis sur l’alternance, en particulier la relance ciblée sur l’apprentissage en sortie du premier confinement, mi-2020. Le regain du recours aux emplois aidés plus classiques en fin de période (100 000 pour les secteur non-marchands, 45 000 pour le secteur marchand dans le PLF 2022, deux fois plus que les entrées observées en 2019), pose question dans une conjoncture où ce type de dispositif doit normalement être diminué ; L’effet sur l’emploi des entrées en apprentissage est très important. Si on estime que le stock de contrats en cours avoisine 900 000 fin 2021, contre 478 000 fin 2019, 422 000 emplois d’apprentis auraient été créés en deux ans expliquant l’immense majorité des emplois créés depuis 2019. La très forte baisse du taux de chômage, notamment le chômage des jeunes, reposerait donc sur une contribution très importante de l’apprentissage, lui-même dopé par un niveau de subvention atypique. L’emploi des seniors n’a pas attiré d’attention ni de moyens particuliers et constitue le parent pauvre de ces politiques d’emplois aidés alors même que la bonne santé de l’emploi de ces tranches d’âge est un facteur-clé de détente du climat social et de réussite d’une réforme des retraites. Enfin selon nous, la réforme de l’Assurance chômage n’est pas forcément plus équitable ni plus incitative pour les chômeurs et fait supporter l’économie budgétaire par les chômeurs les plus précaires. Contre l’utilisation abusive des contrats courts, le gouvernement reste au milieu du gué.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03611573
Contributor : Claudine Houdin Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, March 17, 2022 - 11:21:23 AM
Last modification on : Tuesday, October 18, 2022 - 4:30:19 AM
Long-term archiving on: : Saturday, June 18, 2022 - 6:48:24 PM

File

OFCEpbrief103.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-03611573, version 1

Collections

Citation

Sébastien Bock, Bruno Coquet, Magali Dauvin, Eric Heyer. Le marché du travail au cours du dernier quinquennat. OFCE Policy Brief, 2022, 103, pp.1-30. ⟨hal-03611573⟩

Share

Metrics

Record views

23

Files downloads

22