Skip to Main content Skip to Navigation
New interface
Journal articles

Inflation de tensions

Résumé : La campagne présidentielle 2022 se joue dans un contexte économique, sanitaire et géopolitique très particulier. Deux ans après l'émergence de la Covid-19, l'épidémie se poursuit au gré de l'apparition de nouveaux variants. La reprise se confirme dans l'ensemble des zones géographiques malgré la vague Omicron qui a contraint les gouvernements à prendre de nouvelles mesures d'endiguement. Le climat des affaires dans les principales branches des économies de l'Union européenne s'est nettement redressé, en particulier dans l'industrie. Cette situation se reflète également dans l'évolution de l'activité puisque de nombreux pays ont retrouvé, fin 2021, un niveau de PIB égal ou supérieur à leur niveau d'avant-crise, même s'il faut noter que ce niveau d'activité reste généralement inférieur à celui qui aurait été observé en l'absence de crise. Au-delà de l'effet sur la trajectoire du PIB, le choc économique produit par la pandémie de la Covid-19 a engendré une baisse considérable de revenu principalement absorbé par les administrations publiques, ce qui s'est traduit par un creusement des déficits et une augmentation importante de la dette publique. Le processus de retour des PIB vers leur niveau de référence contrefactuel s’accompagne d’un regain notable des tensions. Celles-ci se manifestent par un puissant rebond de l’inflation, porté depuis un an par la hausse du cours des matières premières, au premier rang desquelles le pétrole, mais aussi possiblement par l’insuffisance des ressources productives, provoquant les difficultés de recrutement et les difficultés d’approvisionnement. En outre, les enquêtes menées auprès des entreprises indiquent que les contraintes liées à la pénurie de main-d’œuvre se sont accentuées en fin d’année 2021, reflétant en partie seulement la baisse du chômage. Les tensions sur le marché du travail sont particulièrement élevées aux États-Unis, ce que reflète l’accélération des salaires et des coûts unitaires de travail. Dans ces conditions, l’inflation observée en 2021 pourrait être plus durable que ce qui avait été initialement anticipé par les banques centrales. Elle sera accentuée par la situation géopolitique. Ces éléments plaident pour un durcissement anticipé de la politique monétaire mais l’incertitude sur les coûts macroéconomiques engendrés par l’éclatement de la guerre en Ukraine pourrait aussi conduire les banques centrales à se montrer prudentes. Ce diagnostic conjoncturel est un élément essentiel du débat économique dans le cadre d’une campagne présidentielle. Mais si la France vote, l’économie française est intégrée dans une économie mondialisée qui a traversé une crise inédite. Aussi, les enjeux économiques sous-jacents au débat ne peuvent s’appréhender qu’au regard de la situation conjoncturelle européenne et mondiale.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03611517
Contributor : Claudine Houdin Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, March 17, 2022 - 11:04:07 AM
Last modification on : Monday, October 24, 2022 - 3:40:19 PM
Long-term archiving on: : Saturday, June 18, 2022 - 6:38:33 PM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-03611517, version 1

Collections

Citation

Elliot Aurissergues, Christophe Blot, Magali Dauvin, Amel Falah, Sabine Le Bayon, et al.. Inflation de tensions. OFCE Policy Brief, 2022, 102, pp.1-22. ⟨hal-03611517⟩

Share

Metrics

Record views

136

Files downloads

53