Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Théories de la reconnaissance dans les relations internationales : Enjeux symboliques et limites du paradigme de l'intérêt

Résumé : Les théories de la reconnaissance ont été développées, ces vingt dernières années, lorsqu’une série de débats politiques et de mouvements sociaux ont attiré l’attention sur l’idée de reconnaissance. Comme le souligne A. Honneth, elles reposent sur l’idée que la qualité morale des rapports sociaux ne peut être mesurée à la seule aune de la répartition juste ou injuste des biens matériels, mais que la justice doit aussi intégrer, de manière essentielle, nos conceptions sur la manière dont les sujets se reconnaissent mutuellement, et sur l’identité qu’ils se reconnaissent. Enracinées dans la conception hégélienne de la lutte pour la reconnaissance, les théories de la reconnaissance ont été développées non seulement dans des travaux philosophiques, mais aussi dans des recherches sociologiques, politistes et constructivistes. Elles semblent pourtant très éloignées des analyses contemporaines de ce type de conflictualité particulier qu’est la guerre. Plus généralement, différentes raisons semblent écarter la possibilité de les mobiliser dans l’étude des relations internationales.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03473825
Contributor : Spire Sciences Po Institutional Repository Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, December 10, 2021 - 4:25:01 AM
Last modification on : Saturday, December 11, 2021 - 3:41:27 AM

Identifiers

Collections

Citation

Julie Saada, Thomas Lindemann. Théories de la reconnaissance dans les relations internationales : Enjeux symboliques et limites du paradigme de l'intérêt. Cultures et conflits, L'Harmattan, 2012, 87, pp.7 - 25. ⟨hal-03473825⟩

Share

Metrics

Record views

17