Anatomie d'une arnaque : feymen et feymania au Cameroun - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les études du CERI Year : 2001

Anatomie d'une arnaque : feymen et feymania au Cameroun

(1)
1

Abstract

Dans les années 1990, un mot nouveau fait son apparition à Douala, capitale économique du Cameroun : « feyman ». Sur les marchés, dans les bars et les restaurants, on parle de « feymen » (pluriel) et de « feymania » (l'art de se comporter en feyman). L'étymologie du mot est incertaine. Le terme viendrait du pidgin, lingua franca introduite par les Britanniques avant l'annexion du Cameroun par l'Allemagne en 1884. La seconde syllabe – « man » – est sans aucun doute d'origine pidgin. Ce serait le cas également de la première, mais par une voie quelque peu détournée. « Faire », dans l'argot des villes camerounaises, signifie « tromper », « gruger ». « Se faire faire » ou, mieux, « se faire fait », c'est « se faire avoir ». Sous l'influence du pidgin et du franglais, « fait » devient « fey ». A l'idée de berner ou de se faire berner, implicite dans le terme « fey », s'ajoutent d'autres significations, nées en partie d'homonymies. Les feymen, disent certains, sont comme des fées : il y a chez eux quelque chose de magique. Ils sont aussi, fait remarquer le sociologue Eric de Rosny, des hommes du feu (« fiya » en pidgin), des « flambeurs » et des êtres liés au monde de la sorcellerie, dans lequel le feu occupe une place fondamentale...

Keywords

Fichier principal
Vignette du fichier
2001-etude-ceri-77.pdf (924.3 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03462382 , version 1 (01-12-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Dominique Malaquais. Anatomie d'une arnaque : feymen et feymania au Cameroun. Les études du CERI, 2001, 77, pp.46. ⟨hal-03462382⟩
2 View
1 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More