Le contrat de travail unique: quid pro quo ou simple quiproquo ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles LIEPP Policy Brief Year : 2013

Le contrat de travail unique: quid pro quo ou simple quiproquo ?

(1) , , (2, 3)
1
2
3

Abstract

Bien que peu prisé des syndicats de salariés et des représentants patronaux, le contrat unique reste paradoxalement au coeur du débat public. Si le contrat unique semble à première vue être une réponse séduisante pour réduire le dualisme, il ne règle pas pour autant les problèmes liés à la précarité et à l’impact de la protection de l’emploi ; ceuxci peuvent être traités par des politiques alternatives ciblées plus efficaces. De plus, bien que réels, les coûts du dualisme sont moins évidents et moins bien démontrés que ceux engendrés par la protection de l’emploi. Enfin, la suppression des CDD entrainerait, à protection inchangée, une perte d’emploi importante car tous ces emplois ne seraient pas remplacés par des CDI compte tenu de la prudence à l’embauche des entreprises. Un assouplissement fort de la protection de l’emploi prévue dans ce nouveau contrat unique serait alors nécessaire, mais il peut d’ores et déjà intervenir dans les cadres légaux actuels et n’a pas à être lié à un nouveau contrat : des contreparties en termes d’assurance chômage ou de formation professionnelle sont possibles.
Fichier principal
Vignette du fichier
liepp-pb-08bis.pdf (1.45 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03460812 , version 1 (01-12-2021)

Licence

Attribution - ShareAlike - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Nicolas Lepage-Saucier, Juliette Schleich, Etienne Wasmer. Le contrat de travail unique: quid pro quo ou simple quiproquo ?. LIEPP Policy Brief, 2013, 8 bis. ⟨hal-03460812⟩
11 View
6 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More