Les marchés du travail dans la crise - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Revue de l'OFCE Year : 2010

Les marchés du travail dans la crise

, (1) , (1)
1

Abstract

As a consequence of the economic crisis, the labor market situation has deteriorated sharply in major developed countries. However, the increase in unemployment masks a relative resistance to an outstanding production shock. This resistance is primarily due to the low and incomplete adjustment of employment. It is also related to changes in activity rates that traditionally absorb employment shocks because of workers discouragement. We detail labor market reaction in seven major countries. We first show that, except for Spain and the United States, the employment adjustment is not finished yet. Then, we show that differences in employment adjustment can be partly explained by internal flexibility (changes in working time and labor costs). Finally, we analyze how the deterioration of labor market impacts unemployment by studying activity behaviors.
Principale conséquence de la crise économique que nous traversons, la situation du marché du travail s’est fortement dégradée dans l’ensemble des grands pays développés. À l’exception de l’Allemagne, le rythme de hausse du chômage au cours de cet épisode récessif a été deux fois plus violent que celui observé au cours des « petites » crises précédentes. Ce fort impact sur le chômage masque pourtant une relative résistance face à un choc de production d’une ampleur sans précédent depuis les années 1930. Cette résistance du chômage tient d’abord à l’impact encore faible et inachevé de la crise sur l’emploi. Elle s’explique aussi par les comportements d’activité qui amortissent traditionnellement les chocs d’emploi du fait du découragement induit d’une partie de la population active. Nous détaillons la réaction des marchés du travail dans sept grands pays : Allemagne, France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis et Japon. Dans un premier temps, nous montrons qu’à l’exception de l’Espagne et des États-Unis, l’ajustement de l’emploi n’y est pas achevé. Puis, nous montrons que les écarts d’ajustement de l’emploi s’expliquent en partie par le recours à la flexibilité interne des entreprises (modification du temps de travail et des coûts salariaux). Enfin, nous analysons l’impact de la dégradation du marché de l’emploi sur le chômage en étudiant les comportements d’activité. Il convient toutefois de garder à l’esprit que la crise est loin d’être terminée, et que les chiffres disponibles sont encore provisoires. Ce n’est qu’à la fin du cycle que l’on saura si les marchés du travail ont réagi différemment à la crise actuelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
2010-04-cochard-les-marches-du-travail-dans-la-crise.pdf (775.42 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03460151 , version 1 (01-12-2021)

Identifiers

Cite

Marion Cochard, Gerard Cornilleau, Eric Heyer. Les marchés du travail dans la crise. Revue de l'OFCE, 2010, 113, pp.261 - 282. ⟨10.3917/reof.113.0261⟩. ⟨hal-03460151⟩
1 View
6 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More