Skip to Main content Skip to Navigation
Directions of work or proceedings

Privé et public dans les pays communistes d'Europe centrale

Résumé : Il peut sembler paradoxal de tenter d’appliquer les notions de public et de privé aux sociétés qui se sont développées en Europe centrale sous l’impulsion et le contrôle des partis communistes au pouvoir entre 1945 et 1989. Les catégories de public et de privé semblent en effet s’inscrire avant tout dans une tradition libérale, dont l’apparition historique au sein de la bourgeoisie urbaine des grandes villes européennes des XVIe et XVIIe siècles a été décrite par Habermas au moyen de l’idéal-type de la « sphère publique bourgeoise ». Les régimes libéraux issus de la chute ou de la transformation des régimes absolutistes se sont fondés par la suite sur la limitation des pouvoirs de l’Etat et sur la protection de la sphère privée dans toutes ses dimensions, politiques, économiques et intime. A cet égard on a pu parler du XIXe siècle bourgeois comme un « âge d’or du privé ». C’est cette tradition historique libérale qui a défini les divers sens du clivage entre public et privé dont nous sommes encore les héritiers. Dans le sens le plus simple, ce qui est public (tel espace, telles ressources, telles informations) désigne tout simplement ce qui est ouvert à tous, disponible pour tous, visible ou su de tous, par opposition à la fermeture, à la limitation ou au secret qui sont d’ordre privé. Mais dans une autre tradition, issue de la Révolution française, le public sert à désigner l’Etat, les pouvoirs publics et leurs représentants au service du bien commun, par opposition aux acteurs privés agissant indépendamment de lui, voire contre lui. Enfin, les catégories de public et de privé renvoient également à la notion de « vie privée », lieu de l’intimité, de ce qui est personnel, par opposition à la vie publique, qui renvoie aussi bien à la vie « en public » que « professionnelle » . Le programme révolutionnaire des Bolcheviks s’est explicitement défini contre ces distinctions et entendait remettre en cause la distinction traditionnelle entre public et privé, vue comme un fondement de la société civile bourgeoise. Dans la réalité politique, l’étatisation progressive d’une grande partie de l’activité économique comme l’affaiblissement du rôle du droit dans la codification des relations sociales semblent d’ailleurs ôter à la sphère privée ses garanties d’existence traditionnelles. L’encadrement politique de la population a pu par ailleurs assurer le contrôle de l’espace, voire même concurrencer les espaces privés dont l’existence a été juridiquement délimitée dans les sociétés libérales. A ces transformations profondes de l’ordre juridique et social, il faut enfin ajouter les projets alternatifs, tels que l’habitat communautaire, qui se fixent explicitement le but de dépasser le clivage entre vie privée et vie publique . Ce volume entend toutefois interroger cette dissolution de la distinction privé/public en tentant de prendre en compte les réalités des sociétés socialistes et leurs évolutions, par-delà les affirmations programmatiques des partis au pouvoir. Il s’inscrit ce faisant dans un large courant historiographique attentif aux pratiques sociales, économiques et politiques, aux relations qui se nouent entre les acteurs tant au sommet de l’appareil d’Etat que dans les espaces les plus éloignés de celui-ci. Cette approche « par les sociétés » interroge le fonctionnement réel des systèmes de type soviétique dans leur dimension répressive mais également dans leurs limites et dysfonctionnements . En ce qui nous concerne, elle permet d’identifier dans quelle mesure ces régimes ont été – ou non – à l’origine de l’émergence d’une nouvelle organisation des relations sociales, d’une subjectivité spécifique, d’un nouveau partage entre public et privé. Michel Christian, Sandrine Kott
Document type :
Directions of work or proceedings
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03459925
Contributor : Spire Sciences Po Institutional Repository Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, December 1, 2021 - 4:15:35 AM
Last modification on : Thursday, March 31, 2022 - 4:04:04 PM

Identifiers

Collections

Citation

Sandrine Kott, Michel Christian, F. Osa. Privé et public dans les pays communistes d'Europe centrale. Sandrine Kott; Michel Christian; Centre d'histoire de Sciences Po. Histoire@Politique : revue du Centre d'histoire de Sciences Po, Centre d'histoire de Sciences Po, 2009. ⟨hal-03459925⟩

Share

Metrics

Record views

10