Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

L’équation du pouvoir : une classe moyenne sans élections

Résumé : Le régime chinois a profondément changé, à la suite de réformes engagées après Tian’anmen en 1989, explique le sinologue Jean-Louis Rocca, sociologue et économiste, directeur de recherches à Sciences Po, qui a enseigné près de dix ans à l’université en Chine. Le pays s’est ouvert à la libéralisation économique et sociale et l’éventail des libertés s’est considérablement élargi. Mais le système politique chinois continue de se distinguer des systèmes occidentaux, notamment par l’absence d’élections et le maintien d’un parti unique – qui fonctionne toutefois désormais de façon collégiale. Celui-ci a pour stratégie de contrôler et d’encadrer plutôt que d’interdire, qu’il s’agisse par exemple de contestation ou de corruption, afin de rester maître du destin de cet immense pays. [Premier paragraphe]
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03399402
Contributor : Spire Sciences Po Institutional Repository Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, October 24, 2021 - 1:39:05 AM
Last modification on : Thursday, April 28, 2022 - 10:38:02 AM

Identifiers

Citation

Jean-Louis Rocca, J-G Minonzio. L’équation du pouvoir : une classe moyenne sans élections. Informations sociales, CNAF, 2014, 5 (185), pp.90 - 101. ⟨hal-03399402⟩

Share

Metrics

Record views

5