Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Critique de la raison criminologique

Résumé : Pour le sociologue ou le politiste français, l’expression même de « criminologie » sonne au premier abord comme un peu étrange et un peu ridicule. Pourquoi séparer des comportements – criminels en l’occurrence – de l’ensemble des relations sociales dans lesquelles ils sont encastrés et en faire un champ d’étude spécifique ? Si la criminologie se focalise seulement sur le crime, elle n’a guère plus de sens qu’une « anorexicologie », une « suicidologie » ou une « mariagologie », respectivement entendues comme sciences de l’anorexie, du suicide et du mariage. Si, en revanche, son ambition est de resituer le crime dans la fabrication et le maintien d’un ordre social et politique, pourquoi la distinguer de la sociologie ou de la science politique ? La question est volontairement naïve. Selon les pays, l’existence ou non de la criminologie comme discipline, de même que le sens qui y est donné dépendent de trajectoires historiques singulières dont il faut à chaque fois retracer les étapes...
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03399285
Contributor : Spire Sciences Po Institutional Repository Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Saturday, October 23, 2021 - 11:40:54 PM
Last modification on : Tuesday, January 18, 2022 - 11:42:04 AM

Links full text

Identifiers

Citation

Didier Bigo, Laurent Bonelli. Critique de la raison criminologique. Cultures et conflits, L'Harmattan, 2015, 2 (94-95-96), pp.7 - 26. ⟨10.4000/questionsdecommunication.11152⟩. ⟨hal-03399285⟩

Share

Metrics

Record views

10