Skip to Main content Skip to Navigation
Preprints, Working Papers, ...

Les évènements du 13 novembre 2015 : Le terrorisme, le djihadisme et les ennemis intérieurs

Résumé : Le vendredi 13 novembre 2015, la ville de Paris fut attaquée dans plusieurs quartiers, par des jeunes Européens adhérant à l’État islamique (Daesh). Ces attaques simultanées qui eurent lieu en plusieurs endroits de la capitale choquèrent la France entière en raison du très grand nombre de victimes puisque 129 personnes trouvèrent la mort. Peu après, ces attentats furent revendiqués par Daesh. De là et jusqu’à présent, les médias autant que les politiciens n’ont cessé d’aborder la question de l’islam radical et de l’islamisme. Certains politiciens se sont eux-mêmes inscrit dans ce mouvement de fond touchant l’ensemble de la société et faisant une distinction entre, d’un côté, « l’islam normal, modéré » et de l’autre, l’islam radical. Le 18 novembre 2015, lors d’un discours à l’Assemblé nationale, le Premier ministre, Manuel Valls, s’est exprimé à ce propos en affirmant qu’il fallait combattre le radicalisme. Plus tard, le président François Hollande déclara ouvertement la « guerre » contre le terrorisme et mit en place un « état d’urgence ». Depuis cette journée cauchemardesque, les Français vivent dans un sentiment permanant d’angoisse, d’autant plus intense qu’à l’heure actuelle, nul ne sent réellement en sécurité. Le monde entier regarde la France avec beaucoup de prudence, et certains pays ont exprimé leur solidarité avec les Français. Mais ce que l’on ne voit pas dans les médias ou qui n’est pas montré, est le fait qu’il existe également de nombreux peuples ou sociétés qui, loin de ressentir un quelconque sentiment de solidarité vis-à-vis de le France, expriment au contraire un certain contentement face à ces actes de barbarie. Ce qui fait de cet événement, un évènement « marquant » (focusing event) au sens où l’entend T. Birland . À l’instar des questions posées par les Américains à la suite des terribles attentats du 11 Septembre, nous nous demandons pourquoi ces jeunes Européens ont-ils commis pareils actes. Pourquoi la France est-elle devenue un ennemi pour ces jeunes, qu’ils soient belges ou français ? Plutôt que de chercher aujourd’hui une solution unique et fondamentale, il va de soi que pour comprendre cette évolution, il faut avant tout étudier les corrélations existant entre certains facteurs historiques et politiques déterminants, sans chercher à toujours mettre l’accent sur un seul axe ; celui du radicalisme. En effet, interroger ces actes commis nécessite avant tout d’analyser les différents terrains d’essor et les racines du terrorisme, afin de constituer non pas une microanalyse de la situation en ne se fondant que sur le rapport de ces jeunes à la religion, mais en prenant en compte les différentes dimensions en jeu (à savoir la dimension sociale, politique, culturelle, économique, culturelle etc.), afin d’aboutir à une macroanalyse de ces événements.
Document type :
Preprints, Working Papers, ...
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03398944
Contributor : Spire Sciences Po Institutional Repository Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Saturday, October 23, 2021 - 4:24:27 PM
Last modification on : Tuesday, January 18, 2022 - 11:44:03 AM

Identifiers

Collections

Citation

Hamzi Khateb. Les évènements du 13 novembre 2015 : Le terrorisme, le djihadisme et les ennemis intérieurs. 2016. ⟨hal-03398944⟩

Share

Metrics

Record views

17