Avantage fiscal sur le gazole : une fin programmée - Archive ouverte HAL Access content directly
Other Publications Year : 2017

Avantage fiscal sur le gazole : une fin programmée

(1)
1

Abstract

Comme l’a souligné le rapport n°4019 de l’Assemblée Nationale sur l’offre automobile française, « la France est un des pays d’Europe dont le parc roulant est le plus diésélisé et où l’écart de fiscalité appliqué à l’essence et au gazole reste parmi les plus importants. » Or plusieurs arguments plaident pour un alignement des fiscalités. Tout d’abord, alors que l’avantage conféré au gazole s’expliquait par son utilisation majoritairement professionnelle, le diesel a massivement investi la sphère des voitures particulières, rendant cet avantage indu. En outre, le gazole présente des dangers pour la santé publique. En 2012, l’Organisation mondiale de la santé a classé les gaz d’échappement des moteurs diesel comme cancérogènes, avec un coût sanitaire estimé par la Cour des comptes entre 20 et 30 milliards d’euros[1]. L’argument économique plaide également pour un rééquilibrage : la forte diésélisation du parc automobile français conduit à un fort besoin d’importation en gazole alors que la France est exportateur net d’essence raffinée. Enfin, le manque à gagner fiscal est conséquent : la Cour des comptes chiffre la perte de recettes fiscales liées au diesel à 6,9 milliards d’euros pour l’année 2011. [Premier paragraphe]
Fichier principal
Vignette du fichier
2017-antonin-avantage-fiscal-sur-le-gazole-une-fin-programmee.pdf (223.21 Ko) Télécharger le fichier

Dates and versions

hal-03392538 , version 1 (21-10-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Céline Antonin. Avantage fiscal sur le gazole : une fin programmée. 2017. ⟨hal-03392538⟩
1 View
1 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More