Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Les nouveaux risques de « l’ère de l’opulence » : l’inadaptation et les politiques d’action sociale en France (1945-1969)

Résumé : L’historiographie a considéré la notion du risque comme intrinsèquement liée au développement des systèmes d’assurance, alors que l’assistance constituerait uniquement une prise en charge ex post. Cet article analyse l’affirmation en France d’un discours visant à fonder le renouvellement des politiques d’aide sociale sur la notion de réadaptation entre les années 1940 et la fin des années 1960. Ces politiques de solidarité nationale, inspirées de modèles étrangers existants, visaient de plus en plus les causes psycho-sociales de l’inadaptation, point commun des multiples interventions concernant des catégories changeantes et très différentes : familles à problèmes, travailleurs migrants, habitants des bidonvilles, ex-délinquants, et plus généralement les populations aux revenus insuffisants. L’article montre comment l’action sociale – de plus en plus coordonnée et directement prise en charge par le ministère de la Santé et de la Population – entrelaçait un traitement individuel et un traitement social de l’inadaptation. D’une part, l’action sociale – de plus en plus coordonnée et directement prise en charge par l’État – s’efforçait de « réadapter » l’individu en intervenant sur les dimensions médicale, fonctionnelle, psychologique et professionnelle et en opérant un lien avec les politiques de main-d’œuvre et la notion de productivité.D’autre part, l’inadaptation sociale était de plus en plus caractérisée comme un risque qui mettant en danger l’intégration des groupes marginaux dans le système social et économique et se transmettant de génération en génération.L’article explique que le dépistage statistique des situations sociales à risque et le refus d’imputer aux inadaptés eux-mêmes les causes conduisaient à la mise en place de politiques d’action sociale globale agissant moins sur les bénéficiaires que sur les milieux de vie et leur participation à la vie publique.L’inadaptation se structurait ainsi en tant que référentiel d’une politique de gestion des populations et du « risque social » lié à la croissance économique, qui visait à corriger par des mesures assistantielles et le service social des conditions socioculturelles de vie censée être préjudiciables à la vie personnelle et sociale du citoyen.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03197317
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mardi 13 avril 2021 - 16:46:50
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53
Archivage à long terme le : : mercredi 14 juillet 2021 - 18:52:15

Fichier

hp36-dossier-giacomocanepa-def...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Giacomo Canepa. Les nouveaux risques de « l’ère de l’opulence » : l’inadaptation et les politiques d’action sociale en France (1945-1969). Histoire@politique: politique, culture, société, Centre d'histoire de Sciences Po, 2018, pp.en ligne. ⟨hal-03197317⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

14

Téléchargements de fichiers

18