Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

« Faire sens entre sciences et éthique »

Résumé : Ce chapitre entend aborder la façon de considérer ensemble les dimensions qui font sciences et celles qui font sens, comprises comme sciences et éthiques. Le geste implique beaucoup de réorganisations, de choix épistémologiques et d’explicitations qui n’auraient pas leur place ici faute de place. Je me permets de renvoyer à l’ouvrage La délibération des meilleurs des mondes entre précaution et pluralisme (Reber 2017) pour un raisonnement complet. Ici je ne reprendrai que la conception mise en avant dans la théorie politique pour faire tenir ensemble exigence de participation et rationalité : la délibération, connue sous la forme de la démocratie délibérative (TDD). En effet, c’est souvent du côté de la politique et plus spécifiquement de la démocratie qu’on cherche le moyen de tenir ensemble toutes ses dimensions. Or, fréquemment, cette théorie en reste aux problèmes des désaccords propres à la vie politique, souvent d’intérêts, et propose de justifier les prétentions émises lors des débats de toute nature. Pourtant, la notion de délibération peut également jouer un rôle à un méta-niveau : une délibération entre les savoirs à même d’éclairer ou de documenter une situation, voire les conflits politiques plus classiques. On se situe bien à la rencontre du faire science et du faire sens. Il n’y a pas que les intérêts ou les conceptions qui sont en jeu, mais les savoirs d’arrière-plan.Dans la version habermassienne de la TDD, la plus aboutie et en tout cas la plus utilisée, c’est une notion rhétorique, l’argumentation, qui est l’élément capital dans le processus d’intercompréhension et d’entente à trouver en situation de désaccord. Or, si l’argumentation est un réquisit capital pour la délibération habermassienne, son rôle est encore plus important dans sa théorie des sciences sociales pour sauver la rationalité contre certaines formes de relativisme. On peut donc chercher à savoir quelle conception il se fait de l’argumentation qu’il revendique. La surprise est grande si l’on consent à une lecture attentive de son ouvrage majeur, Théorie de l’agir communicationnel (Habermas 1987). J’aborderai donc successivement la délibération, la théorie de la démocratie délibérative, l’argumentation chez Habermas, le problème de l’argumentation en contexte interdisciplinaire pour proposer de concevoir celle-ci sous les formes de la production, du test, de la contestation, de la recherche d’une base commune jusqu’à celui de compléments des parties manquantes de celle-ci. L’argumentation plus que les autres capacités communicationnelles est à même de structurer l’enquête.
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-03096643
Contributeur : Bernard Reber <>
Soumis le : mardi 5 janvier 2021 - 09:30:06
Dernière modification le : mercredi 6 janvier 2021 - 03:36:54

Identifiants

  • HAL Id : hal-03096643, version 1

Collections

Citation

Bernard Reber. « Faire sens entre sciences et éthique ». ISTE-Wiley. Faire science. Faire sens, pp. 205-226, 2020, 9781784056629. ⟨hal-03096643⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

4