De la bonne au majordome. Contrôle des corps et relations entre les sexes dans la domesticité élitaire - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Sociologie du Travail Year : 2019

De la bonne au majordome. Contrôle des corps et relations entre les sexes dans la domesticité élitaire

(1)
1

Abstract

Differing from other contemporary forms of domestic service, elite domestic service, which consists in providing service to very wealthy families, provides an excellent opportunity to study the effects of gender diversity in a context of social confrontation in domestic service. For the household staff, it requires acculturation to the tastes, customs and ways of life of their employers, and the acquisition of an ethos of service that marks their bodies and their appearances. In the context of multiple and mixed-sex domestic service characteristic of “great houses”, this learning disrupts the relational norms between working-class men and women and their representation of the sexual division of labor. Elite domestic service, based on the conception of “men’s work” and “women’s work”, reproduces but also reshapes domestic workers’ ideas of hierarchies and power relations between men and women. Focusing on the French case, this article studies how these domestic workers incorporate and experience new norms of sociability and self-presentation between men and women at work. These norms are experienced as inhibiting their masculinities and femininities, and challenging their gender, class, and “race” identities, which are controlled by their employers and bosses as a means of maintaining efficiency at work and the social order.
Décalée par rapport aux autres formes contemporaines de la domesticité, la domesticité élitaire, au service de familles particulièrement fortunées, est un lieu privilégié pour étudier les effets de la mixité en contexte de confrontation sociale dans le travail domestique à demeure. Elle requiert, pour les employés, un travail d’acculturation aux goûts, pratiques et modes de vie des élites qu’ils servent et l’apprentissage d’un ethos domestique qui marquent leurs corps et leurs apparences. En contexte de domesticité multiple et mixte, caractéristique des « grandes maisons », cet apprentissage bouleverse en particulier les codes relationnels entre hommes et femmes propres aux employés issus des classes populaires et leurs rapports à la division sexuée du travail. La domesticité élitaire reproduit, mais aussi recompose, les représentations qu’ont les employés des hiérarchies et des rapports de pouvoir entre les sexes. En se centrant sur le cas français, cet article interroge les façons dont ces employés incorporent et appréhendent de nouvelles normes de présentation de soi. Elles sont éprouvées comme une inhibition de leurs masculinités et de leurs féminités, qui remet en cause leurs identités de genre, mais aussi de classe et de race, contrôlées par leurs employeurs et leur hiérarchie pour garantir l’efficacité au travail et l’ordre social.

Dates and versions

hal-03085969 , version 1 (22-12-2020)

Identifiers

Cite

Alizée Delpierre. De la bonne au majordome. Contrôle des corps et relations entre les sexes dans la domesticité élitaire. Sociologie du Travail, 2019, 61 (3), pp.en ligne - en ligne. ⟨10.4000/sdt.21320⟩. ⟨hal-03085969⟩
202 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More