Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

De la coopération au débauchage ? Division du travail public-privé dans un opérateur militaire de soutien informatique : Division du travail public-privé dans un opérateur militaire de soutien informatique

Résumé : Depuis les années 1990, des acteurs extérieurs au périmètre étatique sont de plus en plus sollicités. Le tournant de la « professionnalisation » militaire et la réduction massive des effectifs s’accompagnent du délestage de certaines activités, désormais externalisées auprès de sociétés spécialisées. Le secteur des télécommunications de la Défense constitue un des pionniers en la matière : les marchés de transport métropolitains de flux de données, les communications téléphoniques (par câble terrestre ou satellite) ainsi que les infrastructures d’information du ministère de la Défense sont désormais confiés à des sociétés privées commerciales. A partir d'une enquête par entretiens dans la DIRISI (Direction interarmées des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'informations de la défense), en charge des télécommunications de tous les organismes de la Défense, cette communication interroge les relations qui se nouent entre techniciens publics et techniciens privés. Plus précisément, elle explique comment l'intervention des techniciens privés, par le biais des contrats de contractualisation externe, reconfigure le travail, l'emploi et la professionnalité des techniciens publics. En l'occurrence, dans la DIRISI, une liste de tâches externalisables a été arrêtée en 2009 par un groupe de travail ad hoc du ministère de la défense. Elle englobe les fonctions de soutien des postes informatiques, la gestion des incidents informatiques ou téléphoniques, de cybersécurité ou d’infogérance. Cette communication dégage un paradoxe : les prestations privées sensées déléguer une partie des tâches de la Défense nationale à des sociétés extérieures constituent une contrainte supplémentaire sur le travail des techniciens informatiques ou téléphoniques, qui conduit une partie de ces derniers à quitter l’institution militaire, notamment en se reconvertissant dans ces mêmes sociétés. Ainsi, un service pensé en support aux techniciens de la Défense met en cause leur professionnalité. Le « faire faire », terme indigène pour désigner la contractualisation et l’externalisation de multiples activités sur les bases militaires, engendre des contradictions par rapport à l’organisation professionnelle et aux configurations laborieuses, qui sont résolues par des formes de résistance à l’injonction hiérarchique ou par des départs accélérés de l’institution.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02987831
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 4 novembre 2020 - 11:26:52
Dernière modification le : lundi 5 juillet 2021 - 15:06:02

Identifiants

Collections

Citation

Hadrien Clouet. De la coopération au débauchage ? Division du travail public-privé dans un opérateur militaire de soutien informatique : Division du travail public-privé dans un opérateur militaire de soutien informatique. AFS 2019, Aug 2019, Aix-en-Provence, France. ⟨hal-02987831⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38