L’ignorance comme acquis social ? Une lecture de la loi de 1919 sur les maladies professionnelles. - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles La Lettre de l'InSHS Year : 2016

L’ignorance comme acquis social ? Une lecture de la loi de 1919 sur les maladies professionnelles.

(1) , (2) , (2, 3, 4, 5, 6, 7)
1
2
3
4
5
6
7

Abstract

Même si le secteur de la protection sociale n’est pas, hors période de « scandales », le plus médiatisé, la France ne manquera sans doute pas de célébrer le centenaire de la loi de 1919 créant a catégorie médicolégale de « maladies professionnelles ». L’exercice risque cependant d’être malaisé pour une loi de« compromis » que les premiers concernés considéraient avecméfiance voire hostilité. Tandis que le mouvement ouvrier aurait préféré l’éradication des produits dangereux à leur « réparation » financière, les employeurs refusaient la notion même de maladie professionnelle. La notion était si peu consensuelle qu’elle ne put être définie que de manière circulaire : était « professionnelle » une maladie légalement reconnue comme telle, sans autre soubassement médical ou juridique. A l’échelle internationale, il en était de même dans l’arène ouverte par le Bureau International du Travail (BIT). [Premier paragraphe]
Fichier principal
Vignette du fichier
2016-rosental-cavalin-macchi-l-ignorance-comme-acquis-social.pdf (162.39 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02978188 , version 1 (26-10-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Paul-Andre Rosental, Catherine Cavalin, Odile Macchi. L’ignorance comme acquis social ? Une lecture de la loi de 1919 sur les maladies professionnelles.. La Lettre de l'InSHS, 2016, 44, pp.35-37. ⟨hal-02978188⟩
55 View
52 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More