Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

L'épreuve de la prise de sons sur les plateaux de tournage : Entre maîtrise de l'environnement sonore et apprivoisement de l'imprévu

Résumé : En France où la tradition du son direct est importante, la prise de son participe de la mise en scène artistique du film. Mais le processus de captation de son direct est de toute part fragilisé. Neutraliser certains bruits pour éviter qu’ils ne constituent une pollution, et parvenir à capter ceux qui sont susceptibles de constituer de la matière sonore cinématographique intéressante : tels sont les principaux défis auxquels sont confrontés les spécialistes du son sur un plateau de cinéma. Lorsque le travail consiste à capter certains bruits intimes, la difficulté d’enregistrer un « son propre » est redoublée, et ce d’autant plus que l’ingénieur du son et son perchman ne sont pas toujours en position de force sur un plateau de tournage. Comment s’articule le travail de maîtrise de l’environnement sonore et l’apprivoisement de l’imprévu susceptible de nourrir le film ? À partir d’une enquête sociologique en cours menée sur les professionnels du son au cinéma, l’auteur étudie les modalités de la maîtrise de la matière sonore sur un plateau et ses enjeux sociaux.
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02954507
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : jeudi 1 octobre 2020 - 10:28:27
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Gwenaële Rot. L'épreuve de la prise de sons sur les plateaux de tournage : Entre maîtrise de l'environnement sonore et apprivoisement de l'imprévu. Socio-anthropologie, Publications de la Sorbonne, 2020, 41, pp.179 - 193. ⟨10.4000/socio-anthropologie.7053⟩. ⟨hal-02954507⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

41