Présidentielle 2012 : Classes populaires, pour qui devraient-elles voter ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles TNS Soffres Year : 2012

Présidentielle 2012 : Classes populaires, pour qui devraient-elles voter ?

(1)
1

Abstract

Quand on pense classe populaire, on pense d'abord aux ouvriers, compte-tenu du contexte partisan français et européen, où le clivage ouvriers/non-ouvriers a été le clivage majeur. Les ouvriers votaient pour la gauche et les classes moyennes pour les partis conservateurs. Si on ajoute ouvriers et employés, socialement proches (beaucoup d'ouvriers sont mariées à des employés) ils comptent pour un peu plus de 50% des actifs. Ce sont elles, les classes populaires. Sur le plan du revenu, du diplôme, du statut professionnel elles sont en bas de l'échelle sociale, et particulièrement exposées à la précarité et au chômage. Mais au sein des classes populaires, il y a des différences. Si on prend par exemple, les ouvriers non qualifiés c'est chez eux que les taux de chômage sont les plus élevés, ils y dépassent les 25% alors que le taux moyen est aux alentours de 9 en France. De la même manière, au sein des employés il y a un prolétariat des services, ceux qui font des petits boulots non qualifiés chez MacDo ou au supermarché, beaucoup plus exposés à la crise. En revanche, d'autres ouvriers ou employés seront plus proches des classes moyennes parce que propriétaires de leur logement, d'un petit pavillon ou dans un secteur d'activité protégé.
Not file

Dates and versions

hal-02407859 , version 1 (12-12-2019)

Identifiers

Cite

Nonna Mayer. Présidentielle 2012 : Classes populaires, pour qui devraient-elles voter ?. TNS Soffres, 2012, pp.En ligne. ⟨hal-02407859⟩
10 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More