Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Présidentielle 2012 : Classes populaires, pour qui devraient-elles voter ?

Résumé : Quand on pense classe populaire, on pense d'abord aux ouvriers, compte-tenu du contexte partisan français et européen, où le clivage ouvriers/non-ouvriers a été le clivage majeur. Les ouvriers votaient pour la gauche et les classes moyennes pour les partis conservateurs. Si on ajoute ouvriers et employés, socialement proches (beaucoup d'ouvriers sont mariées à des employés) ils comptent pour un peu plus de 50% des actifs. Ce sont elles, les classes populaires. Sur le plan du revenu, du diplôme, du statut professionnel elles sont en bas de l'échelle sociale, et particulièrement exposées à la précarité et au chômage. Mais au sein des classes populaires, il y a des différences. Si on prend par exemple, les ouvriers non qualifiés c'est chez eux que les taux de chômage sont les plus élevés, ils y dépassent les 25% alors que le taux moyen est aux alentours de 9 en France. De la même manière, au sein des employés il y a un prolétariat des services, ceux qui font des petits boulots non qualifiés chez MacDo ou au supermarché, beaucoup plus exposés à la crise. En revanche, d'autres ouvriers ou employés seront plus proches des classes moyennes parce que propriétaires de leur logement, d'un petit pavillon ou dans un secteur d'activité protégé.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02407859
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : jeudi 12 décembre 2019 - 16:36:47
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53

Identifiants

Collections

Citation

Nonna Mayer. Présidentielle 2012 : Classes populaires, pour qui devraient-elles voter ?. TNS Soffres, 2012, pp.En ligne. ⟨hal-02407859⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

21