Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

La mobilisation partisane

Résumé : 1ères lignes : En termes de mobilisation partisane et de recrutement des adhérents, la France et l’Allemagne partent de situations de départ fort différentes. Les deux caractéristiques principales du système partisan français sont la faiblesse des organisations partisanes en tant que telles et leur inscription dans un système multipartisan, bipolarisé à deux partis dominants1. La faiblesse congénitale des partis français se manifeste en termes de légitimité, d’institutionnalisation et d’insertion sociale. Les travaux comparatifs européens2 ont permis de prendre la mesure de la difficulté des partis français à s’insérer dans la société et à mobiliser en recrutant des adhérents – difficulté qui a du reste pu être masquée par l’importance accordée par la science politique française au Parti communiste français (PCF), seule organisation ayant pu revendiquer le label de parti de masse. Avec environ 1,87 % de l’électorat membre d’un parti politique en 2006, la France se trouve en effet reléguée au bas de l’échelle de mobilisation partisane.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02371121
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mardi 19 novembre 2019 - 17:22:29
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53

Identifiants

Collections

Citation

Sophie Burkhardt, Florence Haegel. La mobilisation partisane. Claire Demesmay; Manuela Glaab. L’avenir des partis politiques en France et en Allemagne, Presses Universitaires du Septentrion, pp.137 - 153, 2009, 2757401068. ⟨hal-02371121⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

81