Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Chapitre 8 : Les femmes plus vulnérables, mais résistantes

Résumé : La lutte contre la précarité féminine a représenté un des chantiers centraux du ministère des Droits des femmes créé en 2012. Aujourd’hui, 53 % des pauvres en France sont des femmes, parmi lesquelles les mères célibataires sont particulièrement vulnérables : on compte 50 % de pauvres parmi les mères seules inactives et près de 16 % parmi celles qui travaillent. Si le phénomène n’est pas nouveau, les chercheurs en sciences sociales ne s’y sont intéressés que récemment. Nombre de travaux pionniers sur l’exclusion et la pauvreté n’abordaient pas ou peu la question du genre. Les recherches dans ce domaine, qui se développent surtout à partir des années 2000, mettent l’accent sur les ressorts et les spécificités de la précarité féminine à partir d’approches essentiellement statistiques. La dimension subjective de la précarité des femmes et des hommes a été quant à elle plus rarement explorée. Il en est de même du rapport aux institutions et au politique des femmes précaires : les enquêtes politiques tiennent généralement peu compte des populations les plus marginalisées et les travaux qui s’intéressent spécifiquement aux effets du genre, eux aussi principalement fondés sur des données quantitatives, ne permettent pas de saisir comment la politisation des femmes se fabrique au quotidien. Ce chapitre reprend le fil de ce double questionnement : le vécu de la précarité diffère-t-il pour les femmes et pour les hommes ? Si tel est le cas, quelles en sont les conséquences politiques ? Une définition large du politique qui privilégie son ancrage dans la vie ordinaire sera retenue ici. Si l’enquête prend place dans une conjoncture spécifique de campagne électorale, seront surtout examinées les relations quotidiennes avec les administrations et les services publics, ainsi que les solidarités et les clivages d’ordre collectif qui sont mobilisés dans les discours des enquêtés et qui peuvent faire apparaître ou non la dimension du genre. Autrement dit, les femmes enquêtées s’expriment-elles politiquement en tant que « femmes », mettent-elles en avant une identité féminine associée à des intérêts et des valeurs spécifiques ? [Premiers paragraphes du chapitre]
Complete list of metadata

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02285530
Contributor : Spire Sciences Po Institutional Repository Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, September 12, 2019 - 5:59:08 PM
Last modification on : Friday, July 2, 2021 - 1:59:53 PM

Identifiers

Citation

Géraldine Bozec, Manon Réguer-Petit. Chapitre 8 : Les femmes plus vulnérables, mais résistantes. Les Inaudibles. Sociologie politique des précaires, Presses de Sciences Po, pp.235 - 271, 2015, 9782724616958. ⟨hal-02285530⟩

Share

Metrics

Record views

92