Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Autre publication

Une Europe peu solidaire

Résumé : 1er paragraphe : La dominante sécuritaire DG EU MigrationsVirginie Guiraudon retrace comment, dès les premières négociations autour de l’application de l’accord de Schengen, les ministères de l’Intérieur ont pris le pas sur les autres ministères et sont parvenus à faire de Schengen un dispositif sécuritaire. Une orientation qui sera renforcée avec la chute du Mur, l’arrivée de migrants des pays de l’Est, les trafics en tous genres qui y firent suite et enfin le 11 septembre 2001. Autant d’épisodes qui permirent aux promoteurs du contrôle des frontières de justifier leurs orientations. Elle montre que les fondements sécuritaires ont perduré lors de l’intégration de la question migratoire à la politique étrangère de l’UE. C’est que dans un esprit de compétition entre administrations, il devenait impossible aux diplomates de ne pas « suivre ». Les accords signés par la suite (notamment Barcelone 1995 et Tempere 1999) ont visé à éloigner les migrants en aidant les pays voisins de l’UE à se développer mais aussi, voire surtout, à contenir les migrants et à neutraliser les passeurs, donnant par là le coup d’envoi à la création de centres de rétention aux frontières de l’Europe puis en son sein.
Type de document :
Autre publication
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-02190401
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : lundi 22 juillet 2019 - 14:04:31
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53

Identifiants

Collections

Citation

Virginie Guiraudon. Une Europe peu solidaire. 2016. ⟨hal-02190401⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

30