Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

'On n’est jamais aussi bien que dans sa famille' : Les « politiques du retour » des victimes de la traite des êtres humains en Bulgarie

Résumé : Au début des années 2000, des « politiques du retour » des personnes identifiées comme victimes de la traite des êtres humains ont été formulées en Bulgarie au croisement entre injonctions internationales et mobilisations associatives. L’objet du présent article est d’explorer ces dispositifs en prenant pour site d’observation les refuges au sein desquels les victimes reçoivent une assistance psychosociale. Retracer la carrière de ces hébergements éclairera un processus d’institutionnalisation en pointillés, liée à l’émergence d’une « société de projets » où les programmes d’aide, souvent éphémères, reflètent les concurrences et glissements dans les constructions de la traite en problème public. L’étude des opérations à travers lesquelles les personnels soignants tentent de rendre lisible la condition des victimes mettra par ailleurs en évidence l’existence de tensions entre pratiques d’assignation identitaire et postulats d’identité aliénée, gestion individualisée et profilage, administration d’une immobilité et parcours migratoires, au cœur de l’échec des politiques de « réintégration sociale ».
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01955752
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : vendredi 14 décembre 2018 - 15:37:08
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53

Identifiants

Collections

Citation

Nadège Ragaru. 'On n’est jamais aussi bien que dans sa famille' : Les « politiques du retour » des victimes de la traite des êtres humains en Bulgarie. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Editions du Seuil, 2013, pp.51 - 58. ⟨hal-01955752⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

41