Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Les Relations transatlantiques après le Brexit

Résumé : Le Brexit implique des changements potentiellement importants dans les relations transatlantiques telles qu’elles ont été organisées depuis la Seconde Guerre mondiale. La « relation spéciale » entre le Royaume-Uni et les États-Unis, fruit d’affinités culturelles et historiques, sera sans doute mise à l’épreuve car, traditionnellement, l’Amérique s’est appuyée sur le Royaume-Uni pour accéder à l’Europe, politiquement et économiquement. Le présent article s’efforcera de décrire le nouveau système, post-Brexit, fait de partenariats et d’alliances multiples qui émergera vraisemblablement. Certes, les États-Unis auront à cœur de garder des liens solides avec le Royaume-Uni, mais ils devront obligatoirement renforcer leurs relations avec d’autres pays membres de l’Union européenne. Avec le temps, une deuxième « relation spéciale » peut se développer si les États-Unis se tournent vers l’axe franco-allemand et le considèrent comme un interlocuteur-clé dans le cadre de leurs relations transatlantiques. L’Allemagne a déjà commencé à assumer son rôle de leader dans les relations transatlantiques économiques et commerciales, après avoir retrouvé sous la chancelière Merkel sa position de puissance économique dominante et de décideur dans l’UE. De même, un rapprochement franco-américain a eu lieu depuis que la France a réintégré l’OTAN en 2009 ; plus récemment, la France est devenue un allié privilégié des États-Unis dans le domaine de la coopération militaire, ce qui sera crucial pour l’avenir des relations transatlantiques en matière de sécurité et de défense. Après le Brexit, la France deviendra la seule puissance militaire majeure de l’UE, disposant d’un arsenal nucléaire, d’un siège permanent au sein du Conseil de sécurité de l’ONU et d’une armée expérimentée qui est intervenue sur des points de crise un peu partout dans le monde. Le Royaume-Uni a souligné que le Brexit n’affaiblirait pas son ferme engagement à l’égard de la sécurité européenne en tant que membre-clé de l’OTAN. Toutefois, après avoir quitté l’UE, le Royaume-Uni ne siégera plus au Conseil européen ni au Conseil des ministres, institutions où les États membres coordonnent leurs politiques nationales dans les domaines des affaires étrangères et de la sécurité. Le présent article examinera l’opportunité que cette nouvelle situation offre aux pays de l’Europe continentale pour renforcer leur coopération avec les États-Unis en matière de défense dans le cadre de l’OTAN, et particulièrement face à l’interventionnisme russe en Europe de l’Est. En raison du Brexit, le Royaume-Uni perdra vraisemblablement de son influence auprès des institutions de l’UE liées aux relations extérieures (PESC et PSDC), ce qui signifie que les États-Unis devront travailler plus étroitement avec l’UE en matière de coopération stratégique. Le Traité de Lisbonne définit les affaires étrangères et la défense comme étant du domaine de la politique intergouvernementale. Par conséquent, les relations extérieures de l’UE ont été limitées à des mesures de sécurité non-contraignantes. Le contexte actuel d’instabilité internationale suggère que cela n’est plus suffisant, ce qui a encouragé plusieurs responsables de l’UE à réclamer un renforcement des institutions de coopération militaire. Le Brexit a rendu ce souhait possible, sachant que le Royaume-Uni, qui avait jusque-là opposé son veto à toute tentative dans ce sens, ne pourra plus le faire. Néanmoins, pour préserver la cohésion de l’alliance occidentale, il est essentiel que les États-Unis, le Royaume-Uni, et d’autres pays non-membres de l’UE soient à l’avenir plus étroitement associés à la PESC et la PSDC. Bien que des négociations seront nécessaires pour déterminer quelles en seraient les implications pour l’OTAN, où les États-Unis occupent une position dominante, une coopération accrue de l’UE en matière de défense offrirait la possibilité de renforcer l’OTAN et l’alliance occidentale dans son ensemble.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01738108
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mardi 20 mars 2018 - 11:18:02
Dernière modification le : vendredi 2 juillet 2021 - 13:59:53
Archivage à long terme le : : mardi 11 septembre 2018 - 07:43:47

Fichier

arnault.barichella.brexit-et-r...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Arnault Barichella. Les Relations transatlantiques après le Brexit. European Issues Fondation Robert Schuman, 2016, pp.1 - 10. ⟨hal-01738108⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

710

Téléchargements de fichiers

548