La Chambre de commerce de Paris : échanges privés, échanges publics. Une utilisation relationnelle de la base ARNO (actes notariés parisiens) pour 1851

Résumé : Les bases ARNO présentent un intérêt évident, tant pour la biographie que pour des recherches quantitatives. Le propos de cet article se situe, lui, à l’échelle du groupe et de l’institution, en l’occurrence la Chambre de Commerce de Paris, considérée comme une institution, qui échange avec les ministres qui lui demandent des avis et les commerçants qui la mandatent ; mais aussi comme un groupe d’acteurs économiques aux multiples échanges privés. Les intérêts privés déterminent-ils l’action publique ? le soupçon est courant et grave au XIX° siècle, la loi Le Chapelier ayant en principe aboli tous les corps intermédiaires. Il ne s’agit pas ici de trancher, mais plutôt d’étudier l’équilibre subtil qui s’établit entre expertise économique et représentation des intérêts.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [1 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01693530
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : vendredi 26 janvier 2018 - 11:53:27
Dernière modification le : mercredi 7 février 2018 - 01:17:21
Document(s) archivé(s) le : vendredi 25 mai 2018 - 07:45:25

Fichier

lemerciergnomon2000.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

Collections

Citation

Claire Lemercier. La Chambre de commerce de Paris : échanges privés, échanges publics. Une utilisation relationnelle de la base ARNO (actes notariés parisiens) pour 1851. Le Gnomon, 2000, pp.20-22. 〈https://www.notaires.fr/fr/institut-international-dhistoire-du-notariat-iihn〉. 〈hal-01693530〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

47

Téléchargements de fichiers

23