Analyser les réseaux du passé en archéologie et en histoire

Résumé : Au cours de la dernière décennie, de plus en plus d'archéologues ont utilisé des méthodes formelles d'analyse de réseaux, tant pour explorer des bases données complexes que pour tester leurs hypothèses à propos des interactions du passé. La tendance a été la même en histoire, autour de l'analyse de réseaux sociaux ayant laissé des traces textuelles. Mais les deux disciplines, qui pourtant partagent l'objectif de comprendre des comportements humains passés, ont peu dialogué à propos de ce nouvel intérêt pour les réseaux. Les journées The Connected Past, qui ont eu lieu à Southampton en mars 2012, avaient pour objectif d'ouvrir ce dialogue. À l'issue de ces journées, nous présentons ici les questions, largement communes mais pour partie propres à chaque discipline, ouvertes par l'usage de techniques d'analyse de réseaux en archéologie et en histoire. Nous faisons le pari que la recherche en la matière, dans chaque discipline, peut bénéficier de l'expérience de l'autre. Les questions et problèmes communs ont trait au caractère fragmentaire des sources, à la manière de prendre en compte, dans la visualisation et l'analyse, les dimensions spatiale et temporelle des réseaux, et plus généralement à la manière d'interpréter les résultats de ces analyses de façon à mieux comprendre les interactions passées. L'archéologie se distingue dans la mesure où les traces matérielles sur lesquelles elle travaille ne donnent qu'un accès indirect aux individus, mais permettent en contrepartie d'avoir un aperçu de changements de long terme de la vie quotidienne. Au contraire, les sources historiques offrent souvent des perspectives plus synchroniques d'analyse de réseaux, pour un moment précis du passé, centrées sur des personnes identifiées par leur nom et leur rôle social. Toutefois, les interactions documentées par les sources historiques et archéologiques ne sont pas uniquement interpersonnelles. Les points des réseaux des archéologues et des historiens peuvent aussi bien être des mots, des textes, des artefacts ou des lieux. Outre l'intérêt du dialogue entre les deux disciplines, les journées The Connected Past ont de ce fait souligné la nécessité d'une réflexion sur cette extension, et sur la traduction qu'elle implique pour des concepts sociologiques définis à l'origine à propos d'interactions entre individus. L'analyse de réseaux en histoire et en archéologie ne peut donc pas se passer des savoir-faire, notamment de critique textuelle et matérielle, propres à chaque discipline.
Type de document :
Article dans une revue
Nouvelles de l'archéologie, 2014, pp.9 - 13
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [8 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01693414
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : vendredi 26 janvier 2018 - 11:29:20
Dernière modification le : mercredi 31 janvier 2018 - 01:15:26
Document(s) archivé(s) le : vendredi 25 mai 2018 - 04:22:47

Fichier

2014-lemercier-analyser-les-re...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Anna Collar, Tom Brughmans, Fiona Coward, Claire Lemercier. Analyser les réseaux du passé en archéologie et en histoire. Nouvelles de l'archéologie, 2014, pp.9 - 13. 〈hal-01693414〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

63

Téléchargements de fichiers

27