En quoi les " partis ethniques " sont-ils " ethniques " ? Les trajectoires du MDL en Bulgarie et de l'UDMR en Roumanie

Résumé : Après avoir occupé une place modeste au sein des études est-européennes, les travaux consacrés à l'ethnopolitique (ethnopolitics) et aux politiques des minorités en Europe centrale et du sud-est se sont multipliés de manière spectaculaire depuis le début des années 1990. Qu'ils soient nourris par la " transitologie " ou par une abondante littérature consacrée aux " conflits ethniques ", ils tendent à envisager, dans une démarche souvent normative, la diversité ethno-culturelle comme un obstacle au processus de démocratisation. Scrutés dans cette perspective, les partis " ethniques " font l'objet d'interprétations duales : si certaines analyses valorisent dans une optique multiculturaliste leurs rôles en tant que vecteurs de participation et d'intégration des groupes minoritaires dans les sociétés politiques, d'autres mettent en avant les effets délétères des processus de partisanisation de l'ethnicité sur la stabilité des Etats et de la démocratie. Informées par des représentations plutôt essentialistes des " groupes ", ces lectures des identifications ethniques et de leur jeu en politique mobilisent la notion de " parti ethnique " qui se caractériserait par une extrême altérité, comparé aux organisations dites " généralistes ". A rebours de ces approches, la démarche qui guide la comparaison des trajectoires du Mouvement des droits et libertés en Bulgarie (MDL, défendant les intérêts des Turcs et des autres populations de confession musulmane) et de l'Union démocratique des Magyars de Roumanie (UDMR, organisation représentant les intérêts de la population hongroise) vise à revaloriser une sociologie de l'action collective qui n'occulte pas les historicités des sociétés particulières et restitue les imaginaires sociaux comme les stratégies des acteurs. Ce, afin de montrer les conditions dans lesquelles l'ethnicité devient un vecteur de mobilisation sociale, un instrument de production de loyautés et une ressource de légitimation. Les identités ne sont pas exogènes aux processus de politisation ; elles sont redéfinies, renégociées, réappropriées (notamment) à la faveur du passage au politique. Les " partis ethniques " appellent quant à eux un travail de désexotisation, car ils n'échappent pas aux dilemmes de la représentation politique (en particulier, l'enjeu de la réponse/responsabilité, responsiveness) auxquels sont confrontées les autres formations.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
2008
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [27 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01066175
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : vendredi 19 septembre 2014 - 12:12:58
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:17:38
Document(s) archivé(s) le : samedi 20 décembre 2014 - 11:21:19

Fichier

qdr25.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

Collections

Citation

Antonela Capelle-Pogacean, Nadège Ragaru. En quoi les " partis ethniques " sont-ils " ethniques " ? Les trajectoires du MDL en Bulgarie et de l'UDMR en Roumanie. 2008. 〈hal-01066175〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

106

Téléchargements de fichiers

199