Élites délinquantes et résistance au stigmate. Jacques Chirac et le syndrome Teflon

Résumé : Pour la sociologie de la déviance interactionniste, le processus de stigmatisation passe par des rituels de dégradation. En poursuivant cette perspective, l'auteur considère que les élites délinquantes bénéficient au contraire de rituels de restauration quand elles sont mises en cause. Ils se manifestent de façon parallèle à la procédure judiciaire pour lui enlever une grande partie de ses effets dépréciatifs. A propos du procès dans lequel J. Chirac a été condamné, trois processus sont montrés : une restauration par la procédure, une autre par la minimisation des faits illicites, une troisième par une négation de l'intention transgressive. Ces rituels produisent une situation originale d'un individu à la fois coupable et innocenté.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [25 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01024831
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 16 juillet 2014 - 17:13:05
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:07
Document(s) archivé(s) le : lundi 24 novembre 2014 - 16:52:33

Fichier

champpenal-8388-vol-x-elites-d...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Collections

Citation

Pierre Lascoumes. Élites délinquantes et résistance au stigmate. Jacques Chirac et le syndrome Teflon. Champ Pénal, Champ pénal, 2013, X, pp.2-18. ⟨10.4000/champpenal.8388⟩. ⟨hal-01024831⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

282

Téléchargements de fichiers

485