Bahreïn, la fin des compromis

Résumé : Plus petit Etat du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le Bahreïn est aussi le plus instable. Depuis les débuts de l'industrie pétrolière dans les années 1930, l'archipel a connu au moins cinq " intifada " (soulèvements). Avant les événements de février-mars 2011, la plus longue de ces mobilisations populaires a duré quatre ans, entre 1994 et 1998, occasionnant la mort de dizaines de personnes et l'emprisonnement de milliers d'autres. Aucun de ces soulèvements à répétition ne s'est jamais transformé en révolution. Débuté le 14 février et définitivement réprimé le 18 mars avec l'aide de troupes saoudiennes et émiriennes, le soulèvement de 2011 n'a pas dérogé à la règle : la dynastie Al Khalifa demeure en place sans avoir rien offert en échange. Alors que le régime s'est distingué dans le passé par une certaine habileté à coopter des opposants, il a cette fois opté pour la violence comme mode quasi-unique de traitement de la crise (...).
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01024464
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 16 juillet 2014 - 11:08:26
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:05
Document(s) archivé(s) le : lundi 24 novembre 2014 - 15:52:10

Fichier

art-ll.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Collections

Citation

Laurence Louer. Bahreïn, la fin des compromis. Dossiers du CERI, 2011, pp.1-6. ⟨hal-01024464⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

134

Téléchargements de fichiers

175