Le mouvement du 20 février, le Makhzen et l'antipolitique. L'impensé des réformes au Maroc

Résumé : Au Maroc, le mouvement social n'est pas né en 2011. Depuis des années il se déploie sous diverses formes (sit-in des diplômés chômeurs, grèves et manifestations du mouvement syndical, protestation contre la vie chère, mouvement des femmes pour l'accès à la terre ou à des droits spécifiques, protestation contre les concessionnaires de services publics) et il n'a pas remis en cause la monarchie. Ni hier, ni aujourd'hui. Cela ne doit cependant pas accréditer la thèse de l'exception marocaine. Le " printemps arabe " a bien atteint le Maroc et l'impact des événements tunisiens et égyptiens est réel, influant sur la généralisation des revendications et le renforcement de leur légitimité, permettant, surtout, une publicisation de critiques jusque-là chuchotées ou restreintes à un milieu privilégié (...).
Type de document :
Article dans une revue
Dossiers du CERI, 2011, pp.1-12
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01024402
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 16 juillet 2014 - 10:11:16
Dernière modification le : mardi 11 octobre 2016 - 11:58:39
Document(s) archivé(s) le : lundi 24 novembre 2014 - 15:14:53

Fichier

art-bh2.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Collections

Citation

Béatrice Hibou. Le mouvement du 20 février, le Makhzen et l'antipolitique. L'impensé des réformes au Maroc. Dossiers du CERI, 2011, pp.1-12. <hal-01024402>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

419

Téléchargements du document

500