La 'Politique éthique' des Pays-Bas (1901-1926). Genèse, mise en oeuvre et échec d'un projet de réforme des politiques publiques à Java - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Vingtième siècle. Revue d'histoire Year : 2007

La 'Politique éthique' des Pays-Bas (1901-1926). Genèse, mise en oeuvre et échec d'un projet de réforme des politiques publiques à Java

(1)
1

Abstract

In September 1901, a coalition of Christian parties won the Dutch legislative elections under the leadership of the Anti-Revolutionary Party. Colonial issues were given a strategic dimension by the new government, which strongly advocated the "moral reform" of the Netherlands' colonial policy in the Far East. The "ethical colonial policy" (1901- c.1926), which was defended both by leaders of the conservative Christian parties and by members of the worker-led social-democratic movement, aimed at fulfilling the "moral obligation" of the metropolitan state towards the native population of the East Indies. By focussing on the "moral education" of the native Javanese, this article begins by summarizing the institutional and political developments that gave birth to this "ethical policy". It then examines a number of actions taken by the colonial state in Java concerning educational policy, medical and hygienic modernisation, prison reforms and political "decentralization". The article demonstrates how these public policies were seen as contributing to the "moral reform" of the native Javanese, by introducing them to a capitalist, bureaucratic and Christian "modernity" - a modernity ultimately deemed to be contradictory with political protest and Islamic mobilization.
En 1901, une coalition de partis chrétiens remporte les élections législatives néerlandaises. La réforme de la politique coloniale figure en tête des priorités du nouveau gouvernement, dirigé par les hommes du parti antirévolutionnaire. Il est alors question de la mise en œuvre, aux Indes orientales, d'une " politique coloniale éthique " : la justification du fait de colonisation s'énonce, en rupture avec les discours économicistes des décennies précédentes, dans les termes d'une " responsabilité morale " de la métropole envers les populations indigènes. Cet article entend restituer l'histoire de la genèse de ce paradigme de la " politique coloniale éthique " et de la mise en œuvre, à Java, de nouvelles politiques publiques axées sur l'" éducation morale " des indigènes. Il s'agit ainsi de s'intéresser en premier lieu à l'émergence, en métropole, d'une arène de débat public sur les " affaires coloniales " associant des membres des partis chrétiens conservateurs et des militants du mouvement ouvrier et des mouvances social-démocrates. Il est ensuite question de dresser un bref inventaire des mesures prises à Java, entre 1901 et 1926, dans les domaines, à l'époque idéologiquement connexes, de la scolarisation des indigènes, de la modernisation médicale et sanitaire, de la réforme du système pénitentiaire, et de la " décentralisation " politique.
Fichier principal
Vignette du fichier
ving-093-0115.pdf (715.81 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

hal-01021361 , version 1 (09-07-2014)

Identifiers

Cite

Romain Bertrand. La 'Politique éthique' des Pays-Bas (1901-1926). Genèse, mise en oeuvre et échec d'un projet de réforme des politiques publiques à Java. Vingtième siècle. Revue d'histoire, 2007, 93, pp.115-138. ⟨hal-01021361⟩
67 View
238 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More