Risques et limites d'un retour du nationalisme en Serbie

Résumé : En dépit du renversement de Slobodan Milosevic, la persistance du nationalisme en Serbie est bien réelle. À cela plusieurs raisons : tout d'abord, le nationalisme est devenu la matrice idéologique des élites serbes après le communisme ; ensuite, les appareils d'État, et notamment les services de sécurité, sont restés pour l'essentiel en place après 2000 ; par ailleurs, le vote nationaliste traduit souvent les difficultés économiques des victimes de la transition économique ; enfin, les revendications territoriales, au Kosovo notamment, ne cessent de renforcer le sentiment nationaliste. L'intégration de la Serbie dans l'Union européenne pourrait sans doute faire en sorte d'en éviter les dérives.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [1 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01020506
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mardi 8 juillet 2014 - 10:48:41
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:05
Document(s) archivé(s) le : mercredi 8 octobre 2014 - 12:26:07

Fichier

ci25p29-42.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Collections

Citation

Jacques Rupnik. Risques et limites d'un retour du nationalisme en Serbie. Critique Internationale, Presses de sciences po, 2004, pp.29-42. ⟨hal-01020506⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

130

Téléchargements de fichiers

282