Une coopération pour les beaux jours ? Le contrôle des concentrations industrielles - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Critique Internationale Year : 2002

Une coopération pour les beaux jours ? Le contrôle des concentrations industrielles

(1)
1

Abstract

La fusion de General Electric/Honeywell a été souvent exagéré. Ni les différences de procédures ni les différences de doctrines entre les deux organismes en grande partie autonomes qui décident dans ce type d'affaires ne semblent être une source récurrente de conflit. En général, leur coopération est plutôt sans problèmes, pour deux raisons principales : leurs décisions n'ont pas d'impact direct sur la politique économique et ne requièrent pas la mise en œuvre d'un processus législatif lourd en vue de transposer les normes internationales dans le système législatif national. Cela ne signifie pas qu'un ensemble de normes internationales pleinement autonome puisse découler d'une telle activité de régulation. A la fois sur le plan national et international, ces autorités de régulation s'appuient sur la légitimité politique aussi bien que sur l'autorité des Etats. Les principales contraintes qui s'exercent sur la coopération sont de deux types : un large accord de fait sur les questions en jeu et une défense constante de l'indépendance politique du régulateur.
Fichier principal
Vignette du fichier
ci15p161-172.pdf (78.35 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

hal-01017846 , version 1 (03-07-2014)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01017846 , version 1
  • SCIENCESPO : 2441/6828

Cite

Jérôme Sgard. Une coopération pour les beaux jours ? Le contrôle des concentrations industrielles. Critique Internationale, 2002, 15, pp.161-172. ⟨hal-01017846⟩
103 View
54 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More