Les cooperatives sociales et la construction du tiers secteur en Italie

Résumé : La notion de tiers secteur s'est imposée en Italie à la fin des années quatre-vingt, au moment où les organisations et les pratiques de l'économie sociale ont été identifiées et valorisées. Il s'agit d'une définition par défaut d'un espace qui ne relève ni de l'État, ni du marché. C'est peut-être précisément pour cela qu'il a pu, parfois par la contrainte, inclure des pratiques et des organisations hétérogènes sous bien des aspects. Il s'agissait essentiellement au début d'un contre-discours sur l'État-providence selon lequel il fallait " dépasser " aussi bien la solution autoritaire d'une " société totalement administrée " (de type collectiviste, mais également sociale-démocrate), que la solution néolibérale de la mise en liquidation des institutions de protection sociale, grâce à la contribution décisive des ressources du volontariat et à la capacité d'initiative de la société civile (...).
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01016961
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mardi 1 juillet 2014 - 15:18:06
Dernière modification le : mercredi 17 juillet 2019 - 14:26:04
Archivage à long terme le : mercredi 1 octobre 2014 - 12:40:47

Fichier

vitale-les-cooperatives-social...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Collections

Citation

Ota de Leonardis, Tommaso Vitale. Les cooperatives sociales et la construction du tiers secteur en Italie. Mouvements, La découverte, 2002, pp.75-80. ⟨10.3917/mouv.019.0075⟩. ⟨hal-01016961⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

156

Téléchargements de fichiers

283