Le marché des services criminels au Japon. Les yakuzas et l'État

Résumé : Tout système politique constitue un marché potentiel pour des services criminels. Au Japon, la familiarité est ancienne entre les yakuzas et les élites. Le contrôle de l'Etat sur l'économie, le trafic d'influence qui en résulte et de graves lacunes dans l'administration de la justice entretiennent la demande. La visibilité et l'organisation des groupe criminels, leur intégration sociale et leur "patriotisme" facilitent l'offre. Le laxisme de la loi et une certaine tolérance sociale minimisent les risques liés aux transactions. Celles-ci ont permis aux mafieux de jouer un rôle important dans l'économie spéculative des années 1985-1990. Les dégâts majeurs qui ont suivi ont entraîné une réaction de l'Etat. Mais les yakuzas sont trop mêlés au système politique pour pouvoir être facilement éradiqués.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [4 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01010801
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : vendredi 20 juin 2014 - 15:28:33
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:05
Document(s) archivé(s) le : samedi 20 septembre 2014 - 11:01:50

Fichier

ci03p155-174.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Collections

Citation

Jean-Marie Bouissou. Le marché des services criminels au Japon. Les yakuzas et l'État. Critique Internationale, Presses de sciences po, 1999, 3 (3), pp.155-174. ⟨hal-01010801⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

701

Téléchargements de fichiers

595