Les expériences étrangères et la première constitution française

Résumé : Jamais constituants n'eurent autant à l'esprit les modèles étrangers que les membres de la première assemblée révolutionnaire. La référence s'imposait d'emblée. L'idée même de constitution, en 1789, s'est forgée simultanément à la construction du concept d'Ancien Régime. Le 4 août a détruit, outre le régime féodal, les structures essentielles de l'ancienne société. Le 26, la Déclaration des droits opère une recomposition politique, non pas sur l'héritage du temps, mais sur des grands principes : souveraineté nationale, loi, séparation des pouvoirs. Il est dès lors clair que la constitution va être édifiée sur la négation du passé monarchique. Qu'on opte pour un rejet ou le maintien de la monarchie, l'histoire de la France est muette, sauf à voir, à l'instar de Mably, dans la nation de Charlemagne une première expérience de la démocratie... Le silence de la tradition nationale contraint à chercher ailleurs l'inspiration (...).
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01009591
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 18 juin 2014 - 11:16:03
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:08
Document(s) archivé(s) le : jeudi 18 septembre 2014 - 10:50:24

Fichier

pouvoirs50-p97-112-experiences...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

Citation

François Burdeau, Marcel Morabito. Les expériences étrangères et la première constitution française. Pouvoirs - Revue française d’études constitutionnelles et politiques, Le Seuil, 1989, pp.97-112. ⟨hal-01009591⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

311

Téléchargements de fichiers

466