La société comme possession : la preuve par l'orchestre

Résumé : Si l'on considère la société telle qu'on la représente usuellement, la phrase est dénuée de sens : ce que je possède, vous ne le possédez sûrement pas puisque ce qui est " à moi " n'est pas " à vous ". C'est même ce qui permet de définir la propriété au sens d'exclusivité. Tarde envisagerait-il une sorte de communisme où nous serions tous, en quelque sorte, les possédants en indivision de toutes les propriétés dans lesquelles nous pourrions puiser en fonction de nos besoins ? Ce qui ferait de chacun de nous les possédés par tous les autres qui pourraient, par un retour à cet état de nature que Hobbes a décrit avec effroi, se saisir à volonté de " nos " biens --lesquels seraient aussi bien " à eux " ? (...)
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-00973034
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : jeudi 3 avril 2014 - 20:14:11
Dernière modification le : lundi 17 juin 2019 - 18:26:10
Document(s) archivé(s) le : jeudi 3 juillet 2014 - 20:45:54

Fichier

119-debaise-possession-fr.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

Collections

Citation

Bruno Latour. La société comme possession : la preuve par l'orchestre. Debaise, D. Philosophie des possessions, Les Presses du Réel, pp.9-34, 2011. ⟨hal-00973034⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

264

Téléchargements de fichiers

205