Italie : crises économique et politique

Résumé : 2012 restera une année de purge budgétaire pour l’Italie qui clôture l’année avec une baisse de son PIB de 2,4 %, et un acquis de -1 % pour 2013. Seul le commerce extérieur a un peu amorti la chute d’activité, la baisse de la demande intérieure et le très fort déstockage en fin d’année. Le pays, déjà caractérisé par une croissance atone avant la crise, a particulièrement pâti du redressement budgétaire, comme en attestent les sept trimestres consécutifs de baisse de la FBCF et de la consommation des ménages. En outre, en raison de multiplicateurs budgétaires élevés (estimés à 1,7 en moyenne pour 2011 et 2012), la réduction du déficit est faible par rapport à l’ampleur de l’impulsion budgétaire, qui atteint 3 points de PIB en 2012. Néanmoins, grâce à l’action de la BCE, la charge des intérêts de la dette est restée contenue (passant de 4,9% en 2011 à 5,4 % du PIB en 2012), ce qui a permis au déficit public d’atteindre un seuil de 3 % en 2012. [Premier paragraphe]
Mots-clés : Croissance PIB italien
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-00972733
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 3 juillet 2019 - 14:11:01
Dernière modification le : mardi 9 juillet 2019 - 01:20:47

Fichier

2013-05-antonin-italie.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Cecile Antonin. Italie : crises économique et politique. Revue de l'OFCE, Presses de Sciences Po, 2013, pp.231 - 241. ⟨10.3917/reof.129.0231⟩. ⟨hal-00972733v2⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

11

Téléchargements de fichiers

43